Messages clés

Geneviève Mauras

Cette journée est une première en France comme le Master Risques en santé dans l’environnement bâti RISEB dont le docteur Suzanne Déoux, professeur à l’ISSBA, est le chef d’orchestre et la créatrice.

 

Christophe Béchu

La réflexion sur les bâtiments d’avenir, c’est faire en sorte que dans la construction, on soit dans une logique de prévention directe des problématiques de santé.

 

Alain Maugard

Pendant longtemps, ce qui comptait le plus, c’était la santé du bâtiment avant la santé de ceux qui occupent le bâtiment. Un mouvement naturel porte à penser d’abord à soi avant de penser à la planète. Créer des bâtiments où l’homme se sent bien, des lieux qui offrent des émotions, des sensations, qui apportent un bien-être, notion bien plus vaste que la prévention de maladies.

Nous ne sommes qu’au début d’une science qui monte, d’un savoir qui va s’organiser comme aujourd’hui, à ce colloque, où je vois des étudiants qui comprennent qu’il y aura pour eux de l’avenir et de l’emploi. Si la question est complexe — ce que je crois — il faudra une professionnalisation des métiers. C’est dans la conception des bâtiments que se joue l’intelligence d’approche des problèmes.

 

Emmanuel Briand

L’impact du bâtiment sur la santé des occupants est constaté depuis des décennies, depuis la première loi de 1902 sur l’hygiène publique jusqu’au deuxième Plan national santé-environnement PNSE 2009-2013.

 

Claire-Sophie Coeudevez

La fièvre des bâtiments vertueux gagne la planète. D’importantes disparités existent sur leur considération des enjeux humains. La qualité de l’air est souvent un enjeu non prioritaire. L’hygrométrie est un critère négligé. Un haut niveau de certification peut être obtenu sans que la santé soit réellement prise en compte.

 

Jean-Philippe Bérard

En France, le secteur du bâtiment avait pour tradition de rester dans une certaine verticalité des différents métiers. Aujourd’hui, nous  sommes obligés de travailler en transversalité.

 

Bertrand Dubois

La santé dans les logements sociaux ne se réduit pas à la qualité de l’air intérieur, mais concerne aussi la qualité d’usage des logements et l’amélioration des liens sociaux entre locataires : « être mieux ensemble ». Cet état d’esprit nécessite la sensibilisation des locataires pour être efficace. Mais, sensibiliser n’est pas  synonyme de changer les comportements !

 

Corinne Fouquet

L’ingénierie de santé dans le cadre bâti et urbain a été perçue comme un besoin réel au sein de nos équipes de la Région Centre. La stagiaire du master RISEB a su intégrer ses compétences dans tous les champs d’actions du bâtiment. La Direction est convaincue de cette nouvelle stratégie et a signé un contrat de trois ans avec la jeune diplômée de l’ISSBA qui occupe un poste de chargée de programmation.

 

Agnès Lostis

Instaurer, au sein de Bouygues Immobilier, une culture autour de la relation santé-bâti a été la mission d’une stagiaire du master RISEB au cours d’une première année. Désormais, depuis son embauche, la stratégie de notre entreprise est de remettre l’humain au centre des préoccupations au lieu de construire des bâtiments ultra-performants sans y intégrer la qualité d’usage.

 

Eric Bussolino

Bien que AIA prenne en compte la thématique santé dans les établissements tertiaires, l’avancée est attentive et prudente pour plusieurs raisons. Les actualités sont très denses (arrêté d’étiquetage sanitaire des produits de construction, référentiel HQE performance, etc.). Il n’existe pas de logiciels pour intégrer la santé et anticiper. Certains industriels communiquent peu sur les impacts sanitaires de leurs produits dans les FDES.

 

Julien Le Couturier

La NEF est une société financière coopérative de plus de 27 500 sociétaires qui souhaitent que leur argent serve de manière transparente à financer des projets professionnels et associatifs dans les secteurs environnementaux, sociaux et culturels. Ainsi, la Nef soutient des associations ayant des actions autour de l’impact de la construction sur la santé.

 

Olivier Servant

Les exigences énergétiques de la RT 2012 ont un impact sur le confort visuel, la qualité de l’air intérieur et le confort hygrothermique. La surface des baies devra être supérieure ou égale à 1/6 de la surface habitable. Cet accès à la lumière naturelle permet une réduction des consommations d’énergie, l’apport d’une lumière de qualité et favorise la synchronisation des rythmes biologiques. LA RT 2012 instaure aussi l’obligation du traitement de la perméabilité à l’air des logements. Il ne faut cependant pas oublier de limiter les émissions de polluants et de renouveler l’air par une ventilation adaptée. LA RT 2012 prévoit également des mesures concernant le confort hygrothermique afin d’assurer un confort hivernal et estival.

 

Maurice Manceau

En France, il faudra, à terme, inculquer les fondamentaux de santé dans le bâtiment aux 200 000 intervenants sur les chantiers.

 

Bernard Paule

Le traitement de la lumière fait intervenir les notions d’énergie, d’environnement mais aussi  de santé, ce qui en fait un véritable enjeu de développement durable.

L’ouverture doit être pensée comme un système global associant l’air (rafraîchissement, ventilation), la lumière (naturelle, artificielle) et la chaleur (perte thermique, gain solaire). Le conforts visuel et thermique sont ainsi  intimement liés.

 

Emmanuelle Brière

Face à une réglementation thermique en évolution permanente, la réglementation hygiénique reste inchangée depuis mars 1982 ! Dans le logement, la diminution de la perméabilité à l’air des bâtiments ne permet pas un renouvellement de l’air intérieur suffisant pour garantir une qualité de l’air acceptable.

En outre, seulement 1 % des installations sont vérifiées à réception !

Pour ces raisons, la profession travaille à réglementer et à développer des formations filières pour des installations performantes.

 

Dominique Bidou

Le bruit est la première cause d’insatisfaction des habitants d’un immeuble. Il est corrélé avec une augmentation du risque d’hypertension artérielle et de maladies cardiovasculaires chez les personnes exposées. Les problématiques acoustiques et thermiques  doivent être traitées simultanément et mobiliser tous les acteurs de la construction, tous les professionnels de l’acoustique, de la thermique, de l’aéraulique, de l’architecture, de l’économie, de la structure…

 

Suzanne Déoux

En raison de l’empreinte environnementale du bâtiment, le développement durable révolutionne le monde de la construction. L’empreinte sanitaire du bâtiment est loin d’être négligeable, mais elle est négligée ! La santé doit changer la vision de l’acte de construire et remettre l’humain au cœur des réflexions de toutes les différentes phases d’un projet, du programme à l’exploitation. La santé est l’élément de transversalité. C’est une urgence éthique et responsable de produire des bâtiments santé positive ® !

 

Philippe Pelletier

Le développement durable, c’est mettre l’homme au centre de l’immobilier où nous vivons et nous travaillons. Chaque fois que nous avons une décision à prendre, il faut envisager la santé des utilisateurs. Pour cela, il est à la fois nécessaire d’engager un important travail de formation de ceux qui sont chargés de réaliser, de transformer et d’assurer la maintenance des immeubles et de développer des actions d’information de ceux qui vont utiliser les locaux.

Interview d’experts
Des experts sont interviewés sur les thèmes majeurs des Défis Bâtiment Santé 2019. A lire sans modération !