6ème édition

La santé, moteur
d'innovations du Bâtiment

Le 15 juin 2017, à Paris, Cité des sciences et de l’industrie
Les nouveaux Défis Bâtiment Santé

Les intervenants

Laurence
ALLARD

Maître de conférences en sciences de la communication, sociologue des usages numériques.

Que disent les sciences humaines sur l’appropriation des informations QAI par les occupants ?

Elle enseigne à l'Université Lille 3 et est chercheuse à l'IRCAV-Paris 3. Ses thèmes de recherche portent sur les usages ordinaires, créatifs et citoyens des technologies de communication (Internet, téléphone mobile, objets connectés, dataculture). Elle est co-fondatrice de l'association "Citoyens Capteurs", association développant un internet des objets connectés citoyens. Elle est l'auteure notamment de "Mythologie du portable" ed. Cavalier Bleu, 2010.

Stéphane
COLLE

Chargé d’études Santé-Bâtiment et Termites - CEREMA

La santé dans la formation initiale des professionnels du bâtiment

Professeur associé ISTIA - Département ISSBA, Campus santé - Responsable du DU Qualité Sanitaire des Bâtiments

Après une thèse en acoustique urbaine à l’IFSTTAR en 2006, Stéphane Colle a intégré un bureau d’études environnemental sur des missions acoustiques et AMO HQE. Depuis 2009, il est au Cerema chargé d’études Santé-Bâtiment et référent sur la thématique radon pour le compte du réseau scientifique et technique des Ministères en charge de l’Environnement et du Logement. Depuis 2014, professeur associé à l’Université d’Angers, au sein de l’ISTIA - Département ISSBA, il intervient sur les thématiques de la santé en lien avec le bâtiment dans le cadre du nouveau diplôme universitaire « Qualité sanitaire des bâtiments » qui ouvre en 2017.

William
DAB

Professeur titulaire de la chaire « Hygiène et sécurité » CNAM.

Amiante : transfert des innovations vers les pratiques professionnelles

Ancien directeur général de la santé (2003-2005), William Dab dirige le laboratoire de recherche « Modélisation, épidémiologie et surveillance des risques sanitaires (MESuRS) ».

Médecin, ancien Interne des Hôpitaux de Paris et Docteur es Sciences (Épidémiologie), ses travaux ont concerné l’évaluation et la gestion des risques industriels.

Membre d’une dizaine de sociétés savantes et ancien vice-président de la Société Française de Santé Publique, il a été membre du comité exécutif de l’OMS et président du Comité européen Environnement et Santé de l’OMS pour la région Europe (53 pays membres).

Il préside le conseil scientifique de la Mutualité Sociale Agricole et la commission d’évaluation des innovations techniques dans le domaine de la détection et du traitement de l’amiante dans le bâtiment (CEVALIA).

Il est l’auteur de six livres et d’une centaine de publications scientifiques, notamment :

  •  La santé et le travail, Arnaud Franel, 2015
  • Agir face aux risques – Pour un pacte de confiance sanitaire. PUF, 2013 en collaboration avec D. Salomon
  • Santé et environnement. Que sais-je, n°3771, 2012
Denis
DESSUS

Architecte DPLG et Vice-Président du Conseil National de l’Ordre des Architectes

Le bâtiment, un moteur des performances humaines

Architecte et titulaire d’un DEA de géographie urbaine, il crée l’agence d’architectes Denis DESSUS en 1983 à Privas et, depuis 2012, le STUDIO DESSUS en CHINE à Songjiang (Shanghai).

Plus de cent cinquante opérations à ce jour dans tous les domaines de la construction publique : Hospitalier, Thermalisme, Gériatrie, Psychiatrie, Lycées, Écoles, Logements sociaux, Tertiaire etc.

Architecte engagé, il développe une architecture de recherche, emblématique du mouvement du « green building », avec des réalisations exemplaires, des thermes de Neyrac en 93, le complexe omnisports de Saint Maurice l’Exil (Oscar qualité ville) à l’INEED 1&3 en 2006 et 2011 ou le pavillon Rhône-Alpes à l’exposition universelle de Shanghai.

Des dizaines d’opérations QEB, BBC, THPE en neuf et réhabilitation ont permis de faire avancer de nombreux concepts et d’innover dans les modes et technologies de construction. Cette approche est complétée par une réflexion sur l’usage, une recherche sur l’adaptation des environnements aux comportements.

Denis DESSUS assure conférences et formations auprès des architectes et professionnels de l’acte de construire, notamment sur la construction et l’urbanisme durables. Il est professeur en architecture écologique à l’université SIVA de Songjiang.

Spécialiste des marchés publics, il est l’auteur de nombreux articles, ouvrages, conférences et formations sur le sujet.  

Depuis le début de son activité professionnelle, il agit en tant que représentant des architectes auprès des pouvoirs publics pour l’amélioration du cadre législatif et réglementaire de la production de notre cadre de vie. 

Laurent
DROIN

Directeur du Centre d’Information et de Documentation sur le Bruit (CIDB)

Le bien-être au cœur des innovations en acoustique du bâtiment

Depuis le 1er juillet 2016, Laurent DROIN a pris la direction du Centre d’Information et de Documentation sur le Bruit (CIDB). Docteur en acoustique appliquée de l’Université du Mans, il a commencé sa carrière au Centre Scientifique et Technique du Bruit (CSTB) de Grenoble puis à l’École Polytechnique de Montréal au Canada.

Il est co-fondateur, en 1989, du bureau d’études Acouphen, puis développe Acouphen Environnement devenu Soldata Acoustic en 2009. Il a été Président du Syndicat professionnel de l’ingénierie acoustique (CINOV-GIAc) entre 1998 et 2001. Il est également enseignant universitaire en acoustique environnementale.

Blaise
DUPRÉ

Directeur Général du CoDEM Picardie – Le BATLAB

Nouvelle approche sanitaire de l’ingénierie de l’enveloppe

Directeur Général du CoDEM, Blaise DUPRE a développé en Picardie des procédés innovants de développements de matériaux de construction à faible impact environnemental.

Chaque projet de Recherche mené par le CoDEM comporte systématiquement une analyse en cycle de vie et une analyse sanitaire dès les premières phases de développement pour garantir aux futurs utilisateurs un impact moindre sur la santé et l’environnement. Cette question implique nécessairement de projeter ces innovations dans les futurs systèmes constructifs et donc d’ouvrir l’analyse à l’échelle de l’enveloppe afin de prévoir non seulement l’impact sanitaire des produits en amont, mais également les risques pouvant survenir lors de la vie en œuvre.

Roselyne
FORESTIER

Service Communication et Formation des Professionnels à l’ADEME

La QAI se joue aussi sur les chantiers : les Ateliers AIRBAT

Après une formation scientifique puis un master II en sociologie, option « stratégie de formation », Roselyne Forestier est devenue formatrice en matières scientifiques et coordinatrice d'équipes de formateurs. Elle a commencé son parcours à l’ADEME comme chef de projet pour la formation des professionnels du bâtiment. Ses différentes missions l’ont conduite à être membre de la cellule opérationnelle pour les travaux FEE Bat, pilote national du projet PRAXIBAT et à travailler à l'identification des compétences nécessaires au référent technique RGE, ainsi qu’à l'élaboration de l'arrêté formation RGE ou encore à l'écriture du module RENOVE.

Elle participe, en tant qu’expert senior, au projet européen Build Up Skills dédié à la montée en compétence des professionnels de chantier dans l'objectif d’améliorer la performance des chantiers d'un point de vue énergétique et environnemental.

Enfin, elle a également travaillé pour la montée en compétences des professionnels de la MOE : membre de la cellule opérationnelle MOE FEE Bat, identification des compétences pour les signes de qualité OPQIBI.

Alain
GINESTET

Chargé d’études au CETIAT

Les innovations en filtration, en épuration et en ventilation

Docteur en Génie des Procédés de l'UTC Compiègne, il effectue pour le compte de clients du CETIAT des études (études, études avec essais, veille, formation, expertise) dans les domaines de la filtration de l’air, la qualité de l’air intérieur, la ventilation, le dépoussiérage industriel et l'épuration des gaz.

Expert au sein des comités de normalisation français (UNM 710), européen (CEN/TC 195) et international (ISO/TC 142) dans le domaine de la filtration de l'air. Membre du groupe de travail PG4b "Filters" d’EUROVENT.

Auteur de nombreuses publications d’ouvrage et dans des revues et à l'occasion de congrès internationaux.

Laurent
GUEDON

Responsable Ingénierie et programme Multiconfort. Saint-Gobain Habitat.

Nouvelle approche sanitaire de l’ingénierie de l’enveloppe

Responsable du programme Multi-confort chez Saint-Gobain Habitat, il initie la démarche d’Ingénierie d’enveloppe. Au fil de son parcours professionnel, il a conçu l’ensemble des projets en gardant à l’esprit le coût global, matériel et immatériel, à savoir le confort et la santé des occupants, qui passent d’abord par une bonne qualité d’air intérieur.

Il s’intéresse aux émissions de polluants extérieurs et intérieurs, à la ventilation, aux matériaux de construction et d’aménagement, sans éluder les polluants fongiques associés aux pathologies du bâtiment qui sont évités en travaillant sur l’ingénierie de l’enveloppe et la gestion de l’humidité.

A ce jour, que d’évolutions dans la performance énergétique : RT2012, BEPOS, labels en construction et en rénovation… ; sujet essentiel mais qui n’est pas une fin en soi. Il faut embarquer la performance énergétique avec l’objectif final de bien-être des occupants.

Corinne
MANDIN

Responsable de la Division « Expologie au Département Santé Confort du CSTB – Observatoire de la qualité de l’air intérieur. 

Les apports et les limites des nouveaux capteurs à l’évaluation QAI

Corinne Mandin est impliquée depuis plus de 15 ans dans l’évaluation des expositions de la population aux substances chimiques présentes dans l’air des lieux de vie.

Elle a rejoint le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) en 2009, où elle est responsable de la division « Expologie – Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI) ». Cette division assure la mise en œuvre du programme de l’OQAI, notamment la coordination des campagnes nationales « Bureaux », « Écoles » et « Bâtiments performants en énergie ».

Elle a coordonné les volets français des projets européens de recherche SINPHONIE (2011-2012) et OFFICAIR (2011-2014) sur la qualité de l’air, le confort et la santé dans les écoles et les immeubles de bureaux neufs en Europe. Elle est vice-présidente en charge de la recherche de l’International Society of Indoor Air Quality (ISIAQ).

François
MAUPETIT

Chef de Division Physico-Chimie : Sources et transferts de Polluants Direction Santé Confort, CSTB

La photocatalyse, côté produits et côté systèmes

Titulaire d’un Doctorat en Chimie de la Pollution Atmosphérique et Physique de l’Environnement de l’Université Paris 7 (1992). Après 5 ans de recherche doctorale et post-doctorale sur les environnements atmosphériques des hautes régions alpines et polaires, il intègre en 1995 la société EOG, spécialisée en conseils et expertises en pollution chimique et olfactive de sites industriels où il développe notamment un outil de modélisation de la dispersion atmosphérique des odeurs.

François MAUPETIT rejoint le CSTB en 2000. En 2013, il prend en charge la division « Physico-Chimie : Sources et Transferts de Polluants » de la direction Santé-Confort. Il assure des missions de recherche, d’expertise et de consultance auprès des pouvoirs publics et des industriels afin de contribuer à la diffusion des informations pertinentes sur les caractéristiques sanitaires des produits de construction, d’ameublement et autres sources polluantes des environnements intérieurs (désodorisants d’intérieur, produits d’entretien, etc.).

François MAUPETIT est expert à l’AFNOR (commissions Air Intérieur, Substances Dangereuses Réglementées), au CEN (groupe de travail Air Intérieur, TC 351) et à la Commission Européenne (JRC Ispra, DG Entreprise). Il a activement participé aux travaux de mise en place du protocole AFSSET 2009 sur l’évaluation des émissions de COV par les matériaux de construction (président du GT COV) et de la procédure d’étiquetage réglementaire des émissions dans l’air intérieur des produits de construction et de décoration (DHUP). Il participe actuellement au groupe de travail de l’ANSES chargé de proposer une procédure d’étiquetage des émissions du mobilier.

Maxence
MENDEZ

Maxence MENDEZ est le co-fondateur d’Octopus Lab, société spécialisée dans la prévision de la qualité de l’air intérieur à destination des acteurs de la construction. Docteur de l’Université de Lille en sciences de l’atmosphère, sa thèse portait sur la mesure et la simulation des interactions entre particules fines et gaz oxydants de l’atmosphère.

De 2013 à 2016, il a pris part au projet MERMAID (ADEME PRIMEQUAL) afin d’étudier l’impact des constructions performantes en énergie sur la qualité de l’air intérieur via le développement d’INCA-Indoor, outil de simulation destiné à prévoir et analyser les processus impactant la pollution de l’air. A l’issue de ce projet, il créé Octopus Lab afin de valoriser ces travaux de recherche et apporter une nouvelle expertise au secteur de l’immobilier.

 

Olivier
MERCKEL

Chef de l’unité d’évaluation des risques liés aux agents physiques, nouvelles technologies et grands aménagements à la Direction de l’évaluation des risques de l’ANSES.

Les compteurs communicants (Linky, Gazpar, etc.) : quelles expositions ?

Titulaire d’un doctorat en physique en 2002, il a été enseignant-chercheur cinq années durant, au sein du département de recherche en électromagnétisme de l’Ecole supérieure d’électricité (Supélec).

Ses travaux de recherche ont permis de développer des méthodes innovantes de mesure des rayonnements électromagnétiques émis par les téléphones mobiles dans le corps humain. Il a également à cette époque installé et piloté l’accréditation du laboratoire de mesure normative du DAS des téléphones mobiles.

En 2007, il rejoint l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset), au sein de l’unité d’évaluation des risques liés aux agents physiques, nouvelles technologies et grands aménagements, dont il a pris la responsabilité en 2008. L’unité a en charge les travaux d’évaluation des risques dans le domaine des nanomatériaux, du bruit, des champs électromagnétiques des basses fréquences aux radiofréquences, de la lumière, des ultraviolets ou encore l’interaction entre climat et santé. Ces travaux, principalement sur demande des ministères de tutelle de l’Agence, sont la plupart du temps associés à de grandes incertitudes scientifiques et des situations d’intenses controverses socio-techniques.

Nicolas
MICHEL

Chargé de mission « radioprotection » à la direction générale de la prévention des risques (DGPR) au Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer (MEEM).

La réglementation, une aide à l’innovation ?
Exemple de la radioactivité dans le bâtiment

Ingénieur-géologue de formation, Nicolas Michel s’est spécialisé dans la prévention du risque radiologique. Après plusieurs années passées dans le secteur privé et associatif sur des thématiques santé-environnement-bâtiment et notamment sur la gestion du risque radon, il a rejoint l’Institut de radioprotection et de sureté nucléaire (IRSN) en 2005 pour prendre la responsabilité du groupe d’intervention en radioprotection du Sud-ouest.

Après être passé par la direction de la stratégie de l’Institut, il se retrouve au ministère de l’environnement en 2013 pour s’occuper de la transposition de la directive 2013/59/Euratom relative aux normes de base en radioprotection et de la stratégie de gestion des sites pollués par des substances radioactives.

Natacha
MONNET

Chargée de mission, Pôle Villes et Territoires Durables, ADEME Ile-de-France

Intégrer la santé dans les dynamiques d'aménagement urbain

Urbaniste, diplômée en sciences-politiques et d’un master urbanisme - aménagement du territoire, elle est chargée de mission « Villes et Territoires Durables » depuis 2010 à la Direction Régionale de l'ADEME lle-de-France.
Elle est notamment en charge de l'urbanisme durable et de l'accompagnement des territoires franciliens sur des démarches intégrées en urbanisme durable.  Elle travaille également sur les problématiques énergie -climat afin d'aider les collectivités à développer et mettre en œuvre des stratégies locales ambitieuses sur ce sujet.

Nicolas
NOTIN

Chargé de projet « Grand Paris », Urbanisme et santé à l’Agence Régionale de Santé Ile-de-France

Intégrer la santé dans les dynamiques d'aménagement urbain

Urbaniste, diplômé en sciences-politiques et d’un master d’aménagement du territoire, il est notamment en charge du pilotage de l’ensemble des travaux de diagnostic et d’analyse prospective sur les impacts des projets d’aménagement sur l’organisation de l’offre de soins, et l’état de santé des populations franciliennes.

Il est également en charge de l’animation et de la conduite des actions de plaidoyer autour de l’urbanisme favorable à la santé en IDF, questionné sous l’angle de la nécessaire réduction des  « inégalités sociales et territoriales de santé ».

Richard
ZARYTKIEWICZ

Consultant en éclairage, formateur en éclairage architectural

Les LEDs révolutionnent la lumière et la communication. Le point sur la santé

Enseignant auprès de l'Association Française de l'Eclairage (AFE) et de différentes écoles d'architecture d'intérieure, membre de l'AFE, de l'ACE (Association des Concepteur-Lumières) et de l'IES (Illuminating Engineering Society), il se consacre à l’application des nouvelles connaissances relatives aux effets non-visuels de la lumière dans le milieu médical et en lieu de travail notamment par son activité au sein du Collège Santé de l’AFE .

Il intervient en tant qu’expert auprès d’architectes, de maîtres d’œuvre et d’agences de conception lumière et effectue un travail de recherche permanent sur les thèmes du Human centric lighting (ou éclairage anthropocentrique, du daylighting et de l’histoire de la vision de la lumière, assorti de publications et d'interventions à l'occasion de colloques et conférences.